Plus que des simples commerces: état des lieux et tendances des nouveaux usages en zones commerciales

Il est désormais assez rare de se rendre dans une zone commerciale pour un seul magasin et repartir 30 minutes plus tard le devoir accompli. Vous voilà plutôt partis pour une demi-journée, voire une journée complète à vous promener dans un centre commercial ou un retail park avec des boutiques de vêtements, de plantes, des salons de thés ou encore des jeux extérieurs pour enfants, car oui, l’offre n’a de cesse de grandir pour offrir aux consommateurs de nouvelles expériences.

De nouveaux lieux de vie? 

Depuis sa création, le centre commercial est un lieu de vie dans lequel on peut consommer un café  entre amis entre 2 boutiques.  

Mais on attend autre chose des centres commerciaux aujourd’hui : ils doivent répondre aux attentes de choix & d’attractivité shopping des consommateurs, mais aussi proposer des expériences, de préférence gratuites… ils se doivent d’être des lieux hybrides, avec des zones loisirs pour occuper petits et grands. En effet, face à l’essor constant, voire galopant du e-commerce – notamment au regard de la crise du COVID que nous traversons -, les espaces de vente physiques doivent se réinventer pour proposer “plus”. 

Pour cela, elles doivent s’appuyer sur leur principal avantage concurrentiel : elles existent en vrai ! Et le monde physique est encore ce que l’on fait de mieux pour tisser des relations avec ses clients et leur offrir plus qu’un prix attractif : expériences sensorielles, parcours découverte, animations, rencontres, conseils, services…

En déconnectant le commerce du simple acte d’achat, de nouveaux lieux apparaissent dans nos zones et centres commerciaux. Pop-up stores, showrooms, primeurs locaux, zones vertes… Tout est fait pour que le client prenne son temps, sans forcément l’amener à une consommation immédiate. 

Véritables “villes à l’extérieur des villes”, les zones commerciales périphériques doivent en particulier renforcer leur attractivité et proposer une offre plus vaste, ainsi que des concepts et des lieux originaux, pour devenir des lieux de vie attractifs, où l’on ne vient pas “juste” pour consommer.

…. Ou alors se positionner comme des quartiers de ville ancrés dans le quotidien, avec des commerces de proximité, des services publiques, des permanences associatives … afin de couvrir tous les besoins des habitants qui ont moins l’occasion de se rendre en centre ville. 

Par exemple, le Centre Commercial V2 de Villeneuve d’Ascq, les services de l’Etat et une dizaine d’associations luttant contre différentes formes de discriminations (sexisme, racisme, violences dans le milieu de la prostitution, homophobie, transphobie…) ont mis en place un partenariat pour s’installer dans les locaux de la zone et donc toucher & informer dans une logique de proximité. 

Zones de rencontres, de plaisir, de vie, les zones commerciales périphériques doivent se donner d’autres objectifs que l’augmentation constante du nombre de visiteurs. Le temps passé, le service rendu, le plaisir ressenti, l’intensité des émotions… Voilà les nouveaux indicateurs à suivre ! 

 

Partages